• Les messagers de l'au-delà

    De Sylvie Lorain-Berger


    Paru le : 18/05/2006 | Editeur : Editions Alphée
    EAN : 9782753801745 | Nb. de pages : 297 pages





    Résumé

    " Toute petite fille déjà, je les vois...Ils sont là mais je n'ai jamais peur. Ils sont tendres et prévenants. Je les vois et je les entends comme si nous nous parlions au téléphone. Je les aime infiniment. Je ne savais pas encore que si ces êtres du monde invisible me consacraient un peu de leur éternité, j'allais moi leur consacrer ma vie. " Ce livre écrit à la première personne est le témoignage profondément humain d'une femme médium qui, dès son enfance, constate qu'elle n'est pas comme les autres.Outre ses dons de voyance, elle communique avec des guides et en particulier avec son arrière-grand-mère qui jouera le rôle d'ange gardien et de première initiatrice. Car ce récit est aussi l'histoire d'une initiation, d'un parcours singulier avec ses questions, ses épreuves et ses révélations.

    Dans un langage simple et vivant, Sylvie Lorain-Berger nous fait partager ses joies, ses peines et ses difficultés à vivre avec ce don, qui exige le discernement et le respect du libre arbitre.Par des anecdotes émouvantes, comme le contact avec son père décédé, mais aussi amusantes et instructives, comme la manière dont elle est " coachée " par l'au-delà pour arrêter de fumer, elle nous emmène avec simplicité et un sens réel du sacré dans cet univers où la vie traverse la frontière de la mort. Par cet ouvrage, l'auteur rend hommage à la merveilleuse fidélité des guides qui nous accompagnent et nous protègent tout au long de notre vie.Ses conversations avec l'au-delà, aussi réelles et chaleureuses que les échanges que nous entretenons dans ce monde, sont un grand message d'espoir pour tous ceux qui ont perdu un être cher ou qui s'interrogent sur l'après-vie.


    Les premières lignes

    CHRISTIAN.
    Mon frère va mourir.
    D'une sale maladie.
    Il a quarante-deux ans.
    Il ne s'attendait pas à mourir si jeune... il pensait avoir du temps.
    Il me parle de sa mort ; je lui raconte son éternité.

    J'ai à ce moment-là une furieuse envie de fumer... ou de hurler... je ne sais plus. Mais je reste là, sans bouger, surmontant avec peine une nostalgie grandissante. Le film de mon enfance défile en noir et blanc.

    J'ai précisément dix ans de moins que lui, c'est l'aîné, le grand frère, la référence, l'exemple aussi bien dans les bonnes que dans les mauvaises choses, un vrai frangin, dans tous les sens du terme. Il m'a construit des carrioles, fait aimer les Rolling Stones, et ses jolies copines branchées devenaient à mes yeux des icônes. Aujourd'hui, tous ces souvenirs me meurtrissent, mais un jour, elles seront un baume pour combler le vide d'un avenir sans lui.

    Christian ne le voit pas, mais mon père, décédé depuis douze ans, vient d'apparaître. Il me sourit gentiment. D'autres désincarnés sont là aussi, entourant le lit de Christian, mais je n'ai d'yeux que pour mon père. Je sais à cet instant que les heures de mon frère sont comptées. Soudain, il fait très froid dans la chambre d'hôpital minuscule et je frissonne.

    Ma gorge se serre. L'émotion me submerge. Je me raidis pour ne pas pleurer. Je ne veux pas gâcher la qualité de la transmission des pensées de mon père décédé; j'ai tellement besoin de son amour et de sa paix.

    Nous communiquons par télépathie, comme d'habitude. Mais mes pensées se bousculent... Ne reconnaissant aucun des désincarnés penchés au-dessus du corps allongé de Christian qui semble s'être endormi, je me sens troublée.

    - Qui sont-ils, Papa ?

    - Ce sont quelques-uns de ses amis de l'invisible. Ils attendent impatiemment son retour, me répond mon père.

    J'observe cette scène étrange. Mon frère ne s'est jamais intéressé au monde invisible. Son manque d'attrait pour le mystérieux et l'indicible fait que nous n'en parlions jamais. Jusqu'à ces derniers jours.

    La vision d'une entité féminine, assise sur le bord de son lit, lui caressant le front avec ravissement attire particulièrement mon attention.

    Instant de grâce. Je la remercie intérieurement d'être là, à ses côtés. Sa robe témoigne d'une autre époque. Ses longs cheveux bruns se répandant sur ses épaules lui donnent un air juvénile, mais quand elle tourne son visage vers moi, je perçois son regard sans âge. Elle peut avoir trente, quarante ou même cent ans. C'est un rayon de soleil dans cette chambre, un rayon de soleil pour Christian. De sa douceur émane une force communicative qui pénètre mon chagrin, l'anesthésiant momentanément comme une vague purificatrice. Je me sens prête à laisser s'en aller mon frère avec elle. Pourtant il va tellement me manquer, nous manquer.

    - Je m'appelle Élise. Ne vous inquiétez pas, là où je l'emmène, vous pourrez le contacter rapidement, me confie l'entité qui ressemble à un ange.

    Je comprends qu'Élise est l'un de ses guides. Les autres désincarnés se tiennent respectueusement en retrait. Ils me sourient avec compassion.


    :: commander ce livre chez Decitre ::

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Signes de survivances
    Des familles en deuil témoignent

    De Christophe Barbé (biographie)

    Paru le : 09/2009 | Editeur : Kymzo
    EAN : 978-2-9526117-2-6 | Nb. de pages : 272 pages




    Résumé

    La mort ne peut plus être considérée comme un néant absolu. De plus en plus de personnes témoignent des signes qu'elles ont reçus de ceux qui ont quitté ce monde. Elles sont désormais convaincues que leurs êtres chers sont toujours présents et qu'ils sont favorables aux contacts.

    Mais qu'ont-elles vécu pour s'être forgé une solide certitude sur ce que la science et la connaissance actuelles n'arrivent pas encore à démontrer ?

    Ce livre est un recueil de témoignages. Christophe Barbé a rencontré des parents, des enfants, des conjoints qui ont su écouter et ouvrir leur cœur. Ainsi, peu à peu, de «hasards» en «coïncidences», de faits troublants en synchronicités, s'est imposée à eux l'évidence que ceux qui les ont précédés dans un ailleurs, sont toujours vivants dans ce qu'ils appellent maintenant l'Au-delà. Ils vous confient leurs parcours et exposent pourquoi ils sont désormais convaincus que la mort n'est qu'une séparation provisoire.

    Le père François Brune, prêtre catholique romain, le père Pierre, prêtre copte orthodoxe, Alexandra, psychologue thérapeute et le Docteur Jean-Jacques Charbonier ont également accepté de nous faire part de leur vision de la mort. Ils apportent un éclairage différent sur la façon d'appréhender le «deuil».

    Ce livre témoigne de la Vie après la Vie, de l’Eternelle Certitude, il est le récit de ceux qui ont su décrypter… les Signes de Survivance.


    Sur l'auteur

    Christophe Barbé donne bénévolement de nombreuses conférences en France et à l’étranger.Auteur de plusieurs ouvrages sur l’après-vie, il insiste sur le fait que la survivance de l’âme est devenue une réalité incontestable.«Certains disent encore que nous sommes fous d’affirmer que la mort est synonyme de la vie. Répondons alors, nous tous réunis, qu’avec toutes les preuves et les signes que nous avons reçus, nous serions, au contraire, fous de ne pas y croire !...»


    :: Apercu du livre en quelques pages ::

    :: Son site internet | signesdesurvivance.com ::

    :: Quelques vidéos de Christophe barbé ::

    :: commander ce livre chez Decitre ::

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks