• Extrait du livre " Après cette vie " de Jeanne Morrannier

    Extrait du livre " Après cette vie " de Jeanne Morrannier.
     


    Moi : Cette façon qu'il a de communiquer avec vous m'avait beaucoup impressionnée.

    Georges : Je sais. Sans lui, tu ne te serais jamais décidée à prendre un crayon et un papier, et à écrire tout ce que nous avions à te dire.


    Moi : La vie est vraiment étrange.

    Georges : Mais non. Tout devait se Passer ainsi pour nous. C'est magnifique.


    Moi : En ce qui concerne la survie de l'âme, les thèses hindouistes et bouddhiques paraissent confuses et même contradictoires pour un esprit occidental. Le Bardo Thôdol, le livre des Morts tibétain, parle d'un Principe Conscient qui demeure quand les « consciences » des cinq sens se sont dissiper. Certaines thèses ont expliqué par la suite qu'il arrive à l'âme de s'éparpiller lorsqu'elle n'a pas atteint « l'état de Bouddha », pour se reconstituer d'une façon que nous ne comprenons pas très bien, afin de se réincarner.

    Georges : L'éparpillement dont il est parlé dans le Bardo Thödol concerne le corps physique. Les cinq sens du corps matériel font place aux sens du corps éthérique. Toute théorie différente est erronée. Hormis les cas de seconde mort dont nous t'avons parlé, cas où âme et corps éthérique sont désintégrés, le double ou corps astral ne disparaît jamais. Quand une âme se réincarne, le corps éthérique se réincarne avec elle. Ils sont indissociables. c'est ce qui explique pourquoi certains êtres spirituels en fin d'évolution, ne vivent pas forcément dans le double astral qui correspond à leur dernière existence. Ils peuvent avoir l'aspect qu'ils avaient dans une autre vie. Cela ne pose aucun problème, ni pour eux ni pour les autres. Nous le savons et nous acceptons très facilement. Il y a quelqu'un dans ta famille qui a un autre aspect que celui que tu as connu. Tu verras, tu t'y habitueras très vite.

    Ce que je tiens à préciser, c'est que l'éparpillement qui se fait au moment de la mort du corps physique n'enlève à l'âme ni au corps astral. Ce qui s'éparpille ne fait partie ni de l'un, ni de l'autre. Âme et corps éthérique passent dans l'Astral en leur entier. Il ne se promène donc rien dans la nature qui appartienne à la personnalité de celui qui meurt. La science, qui croit perceptibles dans l'atmosphère des traces de conscience humaine, se trompe. Il n'y a pas de traces mnémoniques de personnes décédées. Du corps physique il ne peut rester, pour un certain temps que des ondes bénéfiques ou nocives, selon la nature ou l'état de santé de celui qui a disparu. II ne demeure éternellement, ou du moins jusqu'à la réincarnation suivante, que des êtres spirituels qui voient, qui entendent, qui parlent, qui sentent et qui peuvent toucher. La matière a disparu. Tout ce qui peut se recycler dans la nature le fait, entraînant des particules d'Esprit indépendantes de l'âme et du corps astral. Quelqu'un de très compétent vient d'expliquer que le double astral est formé par les particules d'Esprit de l'A.D.N. et uniquement par elles. A chaque incarnation, ces particules opèrent également une synthèse entre l'âme qui se réincarne et celle qu'elles vont former lentement. A chaque existence, c'est une âme enrichie qui apparaît, enrichie à la fois de ses vies antérieures et de sa vie actuelle. Et ainsi, lentement, elle évolue pour devenir un être de lumière.



    Moi : J'ai lu dans Certaines choses que je ne m,explique pas du professeur Rémy Chauvin (Retz), les théories de Michel Gauquelin concernant l'influence des astres sur les êtres humains. Qu,en penses-tu ?

    Georges : Voilà un scientifique qui a entièrement raison. Il a remarqué que l'influence des planètes se jouait à la naissance d'un enfant, mais essentiellement à la naissance, des futurs grands hommes, de ceux qui auront à se distinguer par une action importante, les savants par exemple, les chefs de guerre, les grands artistes, etc... Cela est absolument exact. C'est le guide qui doit, dans ces cas très précis, observer la position des planètes et chronométrer l'accouchement de la mère. Le nouveau-né en puissance obéit aux ordres sans le savoir. Il est des cas difficiles où le médecin doit intervenir pour sauver, ou la mère, ou l'enfant, nous le reconnaissons. Cependant, quand tout est normal, il est très important de laisser faire ce que les hommes appellent la nature. Je précise bien que l'influence des planètes n'est utilisée avec soin que pour ceux qui auront un grand rôle à jouer sur le plan professionnel. Cela n'a pas la même importance pour le commun des mortels.

    C'est dans ce sens également qu'il faut comprendre " l'effet planétaire d'hérédité ", comme dit Gauquelin. Il a remarqué que certains enfants naissent dans lei mêmes conditions cosmiques que l'un de leurs parents, c'est-à-dire que les planètes ont la même position qu'à la naissance de ce parent.

    Quand, par exemple, un guide a un futur prix Nobel de physique à faire naître, il cherche une famille qui comporte au moins un être doué pour la physique. Ce peut être le père ou le grand-père, ou un oncle, ou une tante bien sûr (il y a des femmes plus intelligentes que bien des hommes). C'est pourquoi le bébé naîtra sous les mêmes signes cosmiques que le plus doué de la famille. Il faut, pour un guide, mettre toutes les chances de son côté. Sa mission est toujours importante, surtout dans ces cas précis, et il ne doit pas la rater.

    Si les planètes existent, c'est qu'elles ont un rôle à jouer. Rien n'est inutile, pas plus dans le cosmos que sur la terre. Les planètes, même éloignées, émettent un rayonnement d'ondes qui participent à la vie cosmique, mais aussi à la vie terrestre. Parce qu'elles sont très éloignées, vous pensez qu'elles n'ont aucune action, Mais non. Tout a une action sur tout. Il y a des ondes beaucoup plus rapides que la lumière ; il y a des ondes dont la vitesse est instantanée. N'oubliez jamais que les ondes de l'Esprit existent partout, sur les planètes comme ailleurs. Elles interviennent partout où leur rôle est d'intervenir. C'est une découverte que j'ai faite ici et que je ne me lasse pas d'admirer. Vivement que la terre le comprenne ! Le soleil n'est pas le seul à avoir une influence sur la terre; la sienne est capitale, car sans lui la vie n'existerait pas. Le rôle des planètes a son importance également, surtout par les particules d'Esprit qu'elles contiennent.



    Moi : Peux-tu nous parler des OVNI, objets volants non identifiés ? En as-tu le droit ?

    Georges : Oui et même j'en ai le devoir. Là, il va falloir bien se tenir, car nous allons faire bondir les rationalistes et les anti-soucoupistes. Eh oui, les soucoupes volantes sont une réalité et depuis fort longtemps. Ce ne sont pas des météorites, ce ne sont pas des résidus d'explosions, ce ne sont pas des engins d'espionnage, ce ne sont pas les effets d'hallucinations individuelles ou collectives. Ce sont bel et bien des engins spatiaux utilisés par des extra-terrestres, c'est-à-dire des habitants d'une autre planète. Je souhaite réjouir le cœur de tous ceux qui, hommes de science ou non, en sont persuadés, de ceux qui savent distinguer les vrais OVNI des canulars et élucubrations en tous genres qui se sont greffés sur cette importante affaire.

    Ce sont les habitants d'un monde beaucoup plus évolué que le nôtre, qui viennent ainsi nous voir et nous observer, sans aucune intention belliqueuse. Au contraire, ils aimeraient nous aider à progresser dans leur sens. Mais il y a là beaucoup à faire. Bien entendu, leur monde est né bien avant le nôtre; c'est d'ailleurs pourquoi il est très difficile de fixer dans le temps l'origine de la matière. Ils ne sont pas très beaux à voir, dites-vous. Non, mais ils ne nous trouvent pas tellement beaux non plus ! Cela n'est qu'une affaire d'habitude. La vie s'est développée sur leur terre de façon différente, quoique sur les mêmes principes, c'est tout. Ceux que nous voyons le plus souvent sont de petite race ; cependant leur monde est peuplé comme le nôtre de races différentes ; ils n'ont pas tous des traits asiatiques. Leur combinaison spatiale ferait rêver nos cosmonautes, tellement elle est souple et légère, Quant à leurs vaisseaux, on croit rêver en les voyant. Je dois dire que cette question des OVNI est l'une de celles que j'ai voulu élucider, à peine arrivé dans ce monde spirituel où l'on voit tout.

    Je suppose que je n'étonnerai pas les scientifiques qui s'intéressent à tout ce qui n'est pas encore expliqué et qui, je le souhaite, auront lu ce livre, en disant que ces petits hommes ont trouvé le moyen d'utiliser une vitesse beaucoup plus rapide que celle de la lumière. Laquelle ? Tout simplement la nôtre, la vitesse de la pensée. Ils ont appris, après l'avoir découverte, à utiliser la quatrième dimension de notre monde. Cela ne s'est pas fait en un jour, bien entendu. Je ne dirai pas qu'ils peuvent aller aussi vite que nous. Ils ont un corps matériel qui les oblige à avoir des moyens de transport, ce dont nous nous passons fort bien. Ils ont cependant accomplie des performances en construisant des vaisseaux spatiaux extrêmement légers, d'une matière qui n'est nullement utilisée sur notre terre, cela va de soi. Et surtout ils ont réussi cette performance de domestiquer les ondes extrêmement rapides de la pensée. Ce travail s'est fait progressivement. Il est absolument certain que leurs ancêtres ont exploré leur galaxie avant qu'il soit possible pour eux de venir jusqu'à nous, ce qui représente des siècles de recherche et de progrès.

    Nous pensons qu'il y a deux terres arrivées à leur stade. Notre tour viendra. Il faut pour cela que les êtres humains, les nôtres, acceptent d'abord l'existence du monde spirituel avant d'en utiliser les propriétés.

    En attendant il ne faut surtout pas donner la chasse aux OVNI. Ils sont absolument pacifiques et leurs occupants seraient de fort bon conseil si nous ne leur faisions pas peur. La communication est possible par télépathie, avec nous du moins.



    Moi : Peux-tu donner une explication concernant le triangle des Bermudes ?

    Georges : Je ne peut pas tout dire de ce mystère qui n'en est plus un pour nous. Je pouvais le faire pour les OVNI, parce que les hommes ont deviné. Pour le triangle des Bermudes, je dois être moins explicite, parce qu'il faut que les hommes cherchent et trouvent.

    Il n'y a pas, en ce secteur, plus de naufrages et plus d'accidents qu'ailleurs. Ceux que nous évoquons ne sont pas tellement nombreux en proportion des accidents ordinaires, mais ils ont cette particularité que les esprits objectifs ont remarquée : il n'en reste rien, ni épave, ni tache d'huile sur la mer, ni corps humain. Ce que je peux dire, c'est qu'il n'y a, concernant ces disparitions, aucune cause physique matérielle, c'est-à-dire qu'il n'y a pas de champs magnétiques spéciaux dans cette région, ni d'ondes d'aucune sorte venues de la terre ou des fonds sous-marins à incriminer ; il ne s'agit pas non plus d'une intervention des extra-terrestres, puisque ce sont des gens tout à fait pacifiques et qui ont dépassé depuis longtemps, sur leur planète, le stade des guerres où nous nous enlisons encore. Les personnes humaines qui disparaissent de cette façon mystérieuse devaient disparaître de toute façon. C'était le moment pour elles de nous rejoindre. Au lieu de « mourir » dans un accident ordinaire, elles quittent la terre d'une façon qui n'est pas plus tragique, au contraire.

    Nous avons regardé avec toi, Maman, ce film que l'on vous a donné à la télévision il y a peu de temps et que nous avons trouvé très bien conçu. Les téléspectateurs qui ont téléphoné pour demander s'il ne s'agissait pas là d'un autre espace-temps sont sur la voie. Le réalisateur du film qui donne une solution en disant : « C'est une porte, c'est un seuil " approche de très près l'explication réelle.
    Je ne peux pas en dire davantage. Cherchez et vous trouverez.



    Moi : Puis-je te laisser le soin de conclure ?

    Georges : Si tu veux. Ma conclusion sera un message d'espérance. Je souhaite que tous ceux qui te liront nous croient, nous tous qui avons participé à ce travail. Il leur paraîtra évident, je l'espère, que tu n'a pas pu inventer tout cela. Même en supposant que ton subconscient ait retenu quelque chose de tes séjours dans l'Astral, il ne pouvait pas connaître ces détails que j'ai étudiés personnellement ici et que je ne connaissais pas. J'exclus systématiquement l'idée que ton subconscient soit perturbé d'aucune façon. Tu as très bien réagi au choc émotionnel que t'a causé ma disparition ; elle n'est que visuelle, mais tu la croyais définitive. Les conditions de cette disparition furent tragiques pour toi et je t'en demande encore pardon. Nous t'avons aidée à supporter cette lourde épreuve, mais le ressort était bon. Donc, tu n'as subi aucune atteinte, ni psychique ni nerveuse. D'ailleurs, tous ceux qui t'entourent le savent. De plus, il faut une excellente résistance nerveuse pour faire ce que nous t'avons demandé d'accomplir. Ce n'est pas un jeu. Pendant que tu nous écoutes, les vibrations de ton corps éthérique s'accélèrent, exactement comme si tu faisais un exercice de yoga mystique. Tu comprends donc le danger auquel un médium s'expose.

    Je regrette que nous ne puissions pas vous donner à tous des preuves formelles de notre existence. Cela n'est accordé qu'à quelques privilégiés à qui il est demandé d'en parler. Chacun doit venir à la Vérité par ses propres moyens, par sa propre recherche. C'est une loi de l'évolution que nous devons accepter.

    Je souhaite que tous ceux qui s'intéressent à l'Au-delà trouvent des réponses à leurs questions. Nous avons étudié beaucoup de points encore obscurs pour vous; nous espérons y avoir apporté des explications claires. Ce qu'il vous faut surtout bien comprendre, c'est que chacun de nous passe dans le monde spirituel tel qu'il est, avec son caractère, ses idées, ses impressions, sa personnalité entière. Il n'y a aucune atteinte possible de cette individualité. Il n'y a qu'une seule différence, c'est que chaque être qui arrive ici n'a plus de corps physique. Mais il peut parler, voir, entendre, discuter et réfléchir, exactement comme s'il était sur la terre. C'est un point très important que je veux souligner. Nous sommes exactement les mêmes, le corps matériel en moins. Par la suite, peu à peu, le caractère s'améliore, les idées s'éclaircissent, le jugement se développe toujours vers plus de perfection. Mais au départ, nous sommes exactement identiques à ce que nous étions sur terre. Il n'est nullement question de survie fantomatique, d'apparence nuageuse ou spectrale, d'âme flottante en peine ou béate. Nous avons un corps très défini qui n'a rien à envier à l'autre, celui que nous avons abandonné. Nous vivons dans ce « corps céleste " comme disait saint Paul, d'une vie d'autant plus heureuse
    que nous aurons su bien nous conduire sur la terre.

    Voilà ce que je voudrais que tout le monde comprenne bien. Il y va de votre bonheur comme du nôtre. Nous vivons, nous sommes les mêmes et ce que nous avons fait dans le monde matériel rejaillit automatiquement sur notre vie spirituelle, J'en reviens toujours aux mêmes préceptes : vie droite, pensée droite, action droite. Votre vie dans l'Astral n'en sera que plus légère et plus lumineuse. Comprenez bien que le hasard n'existe pas, que vous avez une mission à accomplir et qu'il n'y a jamais d'effet sans cause' Tout se tient pour vous comme pour nous.

    C'est dans le monde spirituel qu'est la véritable vie, celle pour laquelle nous avons été créés, celle pour laquelle nous avons passer notre expérience terrestre. Que l'idée de la réincarnation ne vous afflige pas trop. La vie terrestre a malgré tout de bons côtés ; il faut savoir les remarquer. " La joie est en tout, disait Confucius, il faut savoir l'extraire ". C'est exact. Il ne faut pas être négatif et ne voir, dans une bouteille à demi remplie, que le côté vide; c'est la moitié remplie qu'il faut considérer. Ainsi en est-il de la vie terrestre avec ses bons et ses mauvais jours. Regardez ce qui est bon, soyez gais et toujours tournés vers lei autres. Je vous promets un Astral merveilleux, mais sachez l'attendre.

    Nous souhaitons tous vous apporter l'espoir, le réconfort et la paix intérieure. Nous espérons convaincre tous ceux qui se posent des questions et, pourquoi pas, quelques-uns de ceux qui ne s'en posent pas. ainsi notre but aura été atteint et nous serons récompensés de nos efforts. Je n'ai pas su mener à bien ma mission terrestre, je voudrais avoir réussi celle-ci.
    Soyez tous apaisés et confiants. La vie dans le monde invisible est magnifique.

    « Questions à François Brune, suiteVers l'unité DE Jeanne Morrannier »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : ,